Le Royaume des cieux

Contenu

  • Le royaume des cieux est une réalité de la vie de notre esprit. Puisqu’un seul esprit, un seul souffle vital, nous anime tous, nous sommes tous frères et soeurs et dans l’esprit nous interagissons les uns avec les autres, nous partageons les joies et les peines les uns des autres, nous communiquons
  • La dimension de l’esprit est éternelle. La vie éternelle est déjà commencée en nous, puisque rien ne peut tuer ce qui est esprit
  • Entrer dans la vie éternelle signifie vivre la relation confiante qui nous unit à cette source de vie qui est en dieu. Cette même source nous unit les uns aux autres comme les membres d’un même corps sont unis sous une même tête

Navigation

 


Le Royaume des cieux, les membres d’un même corps

L’évangile nous parle souvent du Royaume des cieux ; Jésus forge des paraboles pour que nous puissions en avoir une idée, mais il nous répète toujours que cette réalité se trouve bien parmi nous. Le problème est que nous ne la voyons pas car il s’agit d’une réalité concernant la vie de l’esprit, indiquée par le mot « cieux », inaccessible par la vue humaine, mais qui de fait est la partie de la vie la plus importante.

Ce qui est de l’esprit n’est pas soumis aux contraintes de l’espace et du temps, il s’agit d’une réalité éternelle, donc elle est déjà là. Dans ce Royaume invisible, nous sommes tous frères car c’est le même esprit, le même souffle vital qui nous fait vivre. L’apôtre saint Paul nous dit que nous sommes tous les membres d’un même corps ; nous puisons la vie à la même tête et nous sommes reliés les uns aux autres, c’est bien ceci la vie de l’esprit. L’interaction, le lien qui nous unit les uns aux autres, nous permet d’éprouver des sentiments les uns pour les autres, de partager les joies et les peines de nos frères et de les ressentir comme nôtres, de vouloir partager ce que nous avons de beau et de voir notre joie multipliée lorsqu’un autre regarde avec nous un beau paysage ou goûte notre cuisine.

Un lien invisible nous unit tous les uns aux autres, avec ceux qui se trouvent de l’autre côté de la planète et avec ceux qui ne sont plus dans notre temps. Ce lien est pour nous vital, il est la source de toute joie et ce que nos frères du monde entier vivent nous touche aussi. Pouvons-nous réellement être indifférents aux difficultés qu’une partie de l’humanité traverse sans en être touchés au plus profond?

Ce mystère qui nous unit les uns aux autres est celui de l’esprit qui donne vie au monde, l’esprit de dieu, le souffle vital vivificateur. C’est dans l’esprit que nous communiquons les uns avec les autres, c’est l’esprit qui nous rassemble et fait de nous les membres d’un même corps. Lorsque les membres du corps ont réalisé la parfaite harmonie entre eux, lorsque chacun est dans l’action de grâce pour tout ce que l’autre lui apporte et qu’il adresse à dieu cette action de grâce, c’est alors le royaume de cieux. Mais il s’agit d’une réalité spirituelle et éternelle, elle est déjà là. Nous sommes invités à y rentrer dès maintenant. Jésus envoie les apôtres annoncer au monde que le royaume des cieux s’est approché de nous, il est en nous. (Matthieu 10, 7 et Luc 1, 21) Pour entrer dans la vie éternelle dès maintenant il suffit d’être comme un enfant, nous dit Jésus dans l’Evangile (Matthieu 18, 3). C’est-à-dire retrouver la confiance du tout petit envers ceux qui lui donnent la vie, se reconnaître enfant de dieu et retrouver une multitude de frères. Ceci est célébré dans la cérémonie du baptême chrétien, on s’approche de la source de la vie. Source qui nous a été manifestée en Jésus Christ, source qui s’origine dans l’inépuisable miséricorde divine, source qui a coulé du côté du Christ crucifié (voir La source de la vie). Ainsi le baptême célèbre l’entrée dans la vie éternelle, lorsque on rentre dans la relation filiale confiante envers celui qui nous a donné la vie en abondance avec la bienveillance d’un père et l’amour inconditionnel d’une mère (Voir La relation filiale et Genèse 1, 2 Rouah, l’esprint de dieu est féminin).

Entrer dans la relation filiale, c’est donc tout recevoir, tout accueillir de Dieu, dans la confiance: même les épreuves et les difficultés qui feront grandir et mûrir l’enfant. Voici, donc que l’erreur,´ de l’homme est lorsqu’il se trompe sur son propre bien (voir Augustin sur le bonheur). Rappelons-nous cet épisode où deux soeurs accueillent Jésus dans leur maison (Luc 10, 38-42). Marthe se donne beaucoup de peine, elle prépare la table, elle cuisine, elle se soucie d’être digne d’accueillir Jésus et elle invective contre sa soeur qui ne l’aide pas. Sa soeur Marie, elle s’assoit simplement aux pieds de Jésus et elle se laisse combler par lui, par ses paroles, par son regard, sa miséricorde, sa bienveillance. Elle est entrée dans la relation filiale, celle du tout-petit qui se laisse combler par les milles attentions de ses parents, dans la gratitude. Jésus s’adresse ainsi aux deux soeurs: « Marthe, Marthe, tu te donnes du souci et tu t’agites pour bien des choses. Une seule est nécessaire. Marie a choisi la meilleure part, elle ne lui sera pas enlevée. » La meilleur part choisie par Marie est plus grande que tout ce que nous pouvons espérer de mieux. C’est la communion avec le Christ, le fils de Dieu, qui nous donne accès à la relation filiale avec Dieu, sa relation éternelle dans laquelle le fils contemple le visage du père. Et nous connaissons le père à travers le fils, son fils unique qui nous conduit à lui, en nous laissant entrer dans le mystère de la Trinité, en partageant avec nous sa relation filiale, en nous donnant ainsi accès au père. Il nous invite à appeler Dieu notre père: par son amour, par sa vie, livrée pour nous, il a rendu cela possible, il nous a tellement unis à lui, que nous avons été remplis de son amour filial. Dans cette communion profonde avec le Fils, Marie, la soeur de Marthe, a perçu l’étendue de l’amour du fils unique pour nous, elle a anticipé les apôtres lorsqu’elle a compris à l’avance que Jésus allait se livrer pour nous, allait nous offrir sa vie. C’est alors qu’elle a versé du parfum sur lui, le parfum précieux qu’elle avait gardé pour embaumer sa dépouille. Elle a peut-être compris d’avance que la mort n’aurait pu le retenir captif, elle a devancé sa résurrection: elle a versé le parfum sur la tête du Christ qui lui rendait visite. Les apôtres n’ont pas compris ce geste, l’ont critiquée en disant qu’elle avait gaspillé un parfum précieux qu’on aurait pu revendre et donner cet argent aux pauvres. Mais Jésus lui rend hommage (Marc 14, 6-9): «Laissez-la ! Pourquoi la tourmenter ? Il est beau, le geste qu’elle a fait envers moi. Des pauvres, vous en aurez toujours avec vous, et, quand vous le voulez, vous pouvez leur faire du bien ; mais moi, vous ne m’aurez pas toujours. Ce qu’elle pouvait faire, elle l’a fait. D’avance elle a parfumé mon corps pour mon ensevelissement. Amen, je vous le dis : partout où l’Évangile sera proclamé – dans le monde entier –, on racontera, en souvenir d’elle, ce qu’elle vient de faire.» (Voir le passage complet dans CCXX Le parfum )

Certains Pères de l’Eglise pensent qu’il s’agit de la même Marie, Marie Madeleine la pécheresse, qui avait auparavant versé des larmes sur les pieds du Christ, les avait essuyés avec ses cheveux et avait aussi versé du parfum sur ses pieds, poussant ainsi le service à l’extrême, elle a tout donné d’elle-même, elle est allée plus loin que le rôle du serviteur, elle a rendu hommage à sa mort et à sa résurrection: le Christ l’ayant ainsi introduite dans les profondeurs du plan et de l’amour du père, dont elle a vu l’étendue dans le pardon offert par Jésus ou mieux dans le don de Dieu, éternellement renouvelé, offert aux hommes encore et encore, septante fois sept fois, par-donnant c’est-à-dire répétant son don, le renouvelant pour chacun de nous. Septante fois sept fois (Matthieu 18, 22), c’est-à-dire renouvelant à l’infini son invitation à entrer dans le repos de Dieu, celui du septième jour, celui de la vie éternelle qui est offerte à l’homme dès maintenant lorsqu’il accueille le don de Dieu, le don de la vie, lorsqu’il s’abreuve à la source de vie éternelle, en goûtant à la gratuité de la relation filiale.

Et Jésus nous rappelle: « Voulez-vous entrer dans la vie éternelle? soyez comme un petit enfant » (Matthieu 18, 3)


Textes bibliques

« Dieu l’a donné pour Tête à toute l’Eglise qui est son corps » (Éphésiens 1, 22-23)
« Il est, Lui, la tête du corps, la tête de l’Eglise » (Colossiens 1, 17-18)
« Ignorez-vous que vos corps sont les membres du Christ ? » (1 Corinthiens 6, 15)
« Nous sommes tous un seul corps en Christ, étant membres les uns des autres » (Romains 12, 4-5)

Ephésiens 5, 23

« pour l’Église, le Christ est la tête, lui qui est le Sauveur de son corps. »

Colossiens 1, 4-23

04 Nous avons entendu parler de votre foi dans le Christ Jésus et de l’amour que vous avez pour tous les fidèles

05 dans l’espérance de ce qui vous est réservé au ciel ; vous en avez déjà reçu l’annonce par la parole de vérité, l’Évangile

06 qui est parvenu jusqu’à vous. Lui qui porte du fruit et progresse dans le monde entier, il fait de même chez vous, depuis le jour où vous avez reçu l’annonce et la pleine connaissance de la grâce de Dieu dans la vérité.

07 Cet enseignement vous a été donné par Épaphras, notre cher compagnon de service, qui est pour vous un ministre du Christ digne de foi ;

08 il nous a fait savoir de quel amour l’Esprit vous anime.

09 Depuis le jour où nous en avons entendu parler, nous ne cessons pas de prier pour vous. Nous demandons à Dieu de vous combler de la pleine connaissance de sa volonté, en toute sagesse et intelligence spirituelle.

10 Ainsi votre conduite sera digne du Seigneur, et capable de lui plaire en toutes choses ; par tout le bien que vous ferez, vous porterez du fruit et vous progresserez dans la vraie connaissance de Dieu.

11 Vous serez fortifiés en tout par la puissance de sa gloire, qui vous donnera toute persévérance et patience. Dans la joie,

12 vous rendrez grâce à Dieu le Père, qui vous a rendus capables d’avoir part à l’héritage des saints, dans la lumière.

13 Nous arrachant au pouvoir des ténèbres, il nous a placés dans le Royaume de son Fils bien-aimé :

14 en lui nous avons la rédemption, le pardon des péchés.

15 Il est l’image du Dieu invisible, le premier-né, avant toute créature :

16 en lui, tout fut créé, dans le ciel et sur la terre. Les êtres visibles et invisibles, Puissances, Principautés, Souverainetés, Dominations, tout est créé par lui et pour lui.

17 Il est avant toute chose, et tout subsiste en lui.

18 Il est aussi la tête du corps, la tête de l’Église : c’est lui le commencement, le premier-né d’entre les morts, afin qu’il ait en tout la primauté.

19 Car Dieu a jugé bon qu’habite en lui toute plénitude

20 et que tout, par le Christ, lui soit enfin réconcilié, faisant la paix par le sang de sa Croix, la paix pour tous les êtres sur la terre et dans le ciel.

21 Et vous, vous étiez jadis étrangers à Dieu, et même ses ennemis, par vos pensées et vos actes mauvais.

22 Mais maintenant, Dieu vous a réconciliés avec lui, dans le corps du Christ, son corps de chair, par sa mort, afin de vous introduire en sa présence, saints, immaculés, irréprochables.

23 Cela se réalise si vous restez solidement fondés dans la foi, sans vous détourner de l’espérance que vous avez reçue en écoutant l’Évangile proclamé à toute créature sous le ciel.

Corinthiens 12, 4-27

04 Les dons de la grâce sont variés, mais c’est le même Esprit.

05 Les services sont variés, mais c’est le même Seigneur.

06 Les activités sont variées, mais c’est le même Dieu qui agit en tout et en tous.

07 À chacun est donnée la manifestation de l’Esprit en vue du bien.

08 À celui-ci est donnée, par l’Esprit, une parole de sagesse ; à un autre, une parole de connaissance, selon le même Esprit ;

09 un autre reçoit, dans le même Esprit, un don de foi ; un autre encore, dans l’unique Esprit, des dons de guérison ;

10 à un autre est donné d’opérer des miracles, à un autre de prophétiser, à un autre de discerner les inspirations ; à l’un, de parler diverses langues mystérieuses ; à l’autre, de les interpréter.

11 Mais celui qui agit en tout cela, c’est l’unique et même Esprit : il distribue ses dons, comme il le veut, à chacun en particulier.

12 Prenons une comparaison : le corps ne fait qu’un, il a pourtant plusieurs membres ; et tous les membres, malgré leur nombre, ne forment qu’un seul corps. Il en est ainsi pour le Christ.

13 C’est dans un unique Esprit, en effet, que nous tous, Juifs ou païens, esclaves ou hommes libres, nous avons été baptisés pour former un seul corps. Tous, nous avons été désaltérés par un unique Esprit.

14 Le corps humain se compose non pas d’un seul, mais de plusieurs membres.

15 Le pied aurait beau dire : « Je ne suis pas la main, donc je ne fais pas partie du corps », il fait cependant partie du corps.

16 L’oreille aurait beau dire : « Je ne suis pas l’œil, donc je ne fais pas partie du corps », elle fait cependant partie du corps.

17 Si, dans le corps, il n’y avait que les yeux, comment pourrait-on entendre ? S’il n’y avait que les oreilles, comment pourrait-on sentir les odeurs ?

18 Mais, dans le corps, Dieu a disposé les différents membres comme il l’a voulu.

19 S’il n’y avait en tout qu’un seul membre, comment cela ferait-il un corps ?

20 En fait, il y a plusieurs membres, et un seul corps.

21 L’œil ne peut pas dire à la main : « Je n’ai pas besoin de toi » ; la tête ne peut pas dire aux pieds : « Je n’ai pas besoin de vous ».

22 Bien plus, les parties du corps qui paraissent les plus délicates sont indispensables.

23 Et celles qui passent pour moins honorables, ce sont elles que nous traitons avec plus d’honneur ; celles qui sont moins décentes, nous les traitons plus décemment ;

24 pour celles qui sont décentes, ce n’est pas nécessaire. Mais en organisant le corps, Dieu a accordé plus d’honneur à ce qui en est dépourvu.

25 Il a voulu ainsi qu’il n’y ait pas de division dans le corps, mais que les différents membres aient tous le souci les uns des autres.

26 Si un seul membre souffre, tous les membres partagent sa souffrance ; si un membre est à l’honneur, tous partagent sa joie.

27 Or, vous êtes corps du Christ et, chacun pour votre part, vous êtes membres de ce corps.

2 Rétroliens / Pings

  1. La relation filiale – Bible
  2. Le Sabbat, le repos de Dieu – Bible

Les commentaires sont fermés.